La Cogitologie - qu'est-ce que c'est ?

Cogitologie, n.f. : terme imaginaire désignant des manières dont la pensée humaine influence
les relations des êtres humains entre eux et avec leur milieu ; par analogie avec Ecologie.

 


lct  
Accueil
lcb

 

Tout comme l'écologie observe la nature et propose de bonnes pratiques dans les relations
des êtres vivants entre eux et avec leur milieu naturel, nous pourrions inventer une discipline
imaginaire qui s'appelerait la cogitologie dont le but serait d'observer l'impact de la pensée
humaine sur ces mêmes relations...tout en laissant le soin à chacun et chacune de choisir
ses bonnes pratiques en la matière...


Sujets d'étude relatifs à la cogitologie

Régulièrement, il y a ici un nouvel article, les articles les plus anciens étant à la fin.
Si vous vous sentez l'envie de rédiger vous aussi un article sur ce sujet,sentez-vous
libre de nous le communiquer et nous le mettrons en ligne volontiers.

Article 3 - S'Agiter Mentalement ou Réfléchir ?

Leslie Householder est devenue une auteure à succès grâce à son livre "Jackrabbit Factor"
(non encore traduit en français), et elle mène aujourd'hui une vie prospère à la fois comme mère de famille
élevant ses sept enfants et comme mentor dans le milieu du développement personnel.

Avant d'en arriver là, Leslie a écumé pendant dix ans avec son mari tous les séminaires
de développement personnel qui se présentaient à leur portée, sans jamais trouver la clef
qui pourrait leur apporter le style de vie qu'ils recherchaient.

Qu'est-ce qui n'allait pas ? Leslie était pourtant une femme brillante, universitaire et reconnue professionnellement.

Elle découvrit la réponse à cette question grâce à Bob Proctor, un autre mentor réputé
dans le monde du développement personnel, qui lui dit un jour, pendant la pause-café
du 101ème séminaire auquel elle assistait : "Voyez-vous, Leslie, vous ne réfléchissez pas ;
vous croyez que vous réfléchissez, mais en réalité vous n'entretenez dans votre esprit que
de l'agitation mentale, c'est très différent !
"

Il fallut un certain temps à Leslie pour digérer cette affirmation, que son ego avait prise pour un affront,
mais qui avait frappé en plein dans le mille : quelques mois plus tard, Jackrabbit Factor était écrit et
Leslie commençait à accéder à son rêve.

Alors, quelle est la différence entre "réfléchir" et "entretenir de l'agitation mentale" ?

Depuis l'aube de l'humanité, les Sages de toutes les époques ont tenté d'éclairer les masses sur ce point crucial,
sans pour autant être véritablement compris ou écoutés. Pourquoi ? Ce sera l'objet d'un autre article.

En attendant, voici ce qu'en disait dans les années 50 Earl Nightingale, auteur de l'ouvrage
"Le Plus Etrange des Secrets" : "seuls 2% des gens réfléchissent ; 3% croient qu'ils réfléchissent, et
95% préfèreraient mourir que de réfléchir."

Pas étonnant, si l'on en croit un autre auteur plus ancien encore, Wallace D. Wattles, qui enseignait que
"réfléchir est le travail le plus dur au monde." *

En effet, réfléchir est un processus créatif de notre esprit qui met en mouvement les pensées
provenant de différentes facultés de l'intellect, telles l'imagination, la mémoire, ou l'intuition, ainsi que
les pensées provenant à la fois des sources extérieures (captées par nos sens) et de notre esprit subconscient.

Toutes ces pensées passent obligatoirement par notre esprit conscient, mais cela demande
une mobilisation rigoureuse de notre raison (ie. notre faculté de raisonnement) et de notre volonté
pour les y maintenir suffisamment longtemps jusqu'à ce qu'elles deviennent par combinaisons des idées originales.

D'où l'affirmation de Wattles désignant l'action de réfléchir comme le travail le plus dur au monde.
Nous développerons la nature de ce travail dans un prochain article.

Par constraste, l'agitation mentale est une forme de pensée plus ou moins automatique où l'esprit conscient
ne fait que ressasser des idées reçues à partir de pensées provenant des paradigmes (ou croyances)
engrainées dans l'esprit subconscient tout au long de la vie, et surtout dans les premières années d'enfance.

Certaines sources affirment qu'un individu moyen entretient plus de 50,000 pensées chaque jour ;
je ne sais comment ceci a pu être mesuré, mais si cela est vrai, il n'est pas étonnant que la plupart des gens
aient tant de mal à calmer leur esprit avant de s'endormir, ou se plaignent de stress constant.

C'est à ce niveau que se situe l'une des plus grandes opportunités de progrès de notre humanité :
apprendre à utiliser correctement les facultés de l'intellect pour remplacer progressivement l'agitation mentale
par la réfléxion créative et ... par le calme et la paix de l'esprit.

En attendant que nous abordions ce sujet passionnant, je vous invite chaleureusement à consacrer
un peu de votre temps à identifier quelques idées reçues dans votre quotidien qui mériteraient d'être
reconsidérées, en échange d'une amélioration de vos conditions de vie et de votre environnement.

* Voir "The Science of Getting Rich", en français "La Science Pour Devenir Riche" accessible sur www.myKeyAudio.com

 

Article 2 - L'Homme Est le Reflet de Ses Pensées

Voici un texte extrait du livre "L'Homme Est le Reflet de Ses Pensées" de James Allen (1864-1912).
Il pourrait servir de texte fondateur à la cogitologie, car il dévoile parfaitement les mécanismes
qui sont en oeuvre dans la manière dont l'homme se construit et fonctionne. Et la toute première relation
que l'être humain établit n'est-elle pas d'abord avec lui-même ? N'hésitez pas à recopier le texte dans le but
de le relire quelques fois, car c'est dans la répétition que le sens profond de ce texte vous sera
entièrement révélé, pour votre plus grand bonheur et celui de vos proches.

Le corps est le servant de l’esprit. Il obéit aux opérations de l’esprit, qu’elles aient été délibérément choisies
ou automatiquement exprimées. Lorsque des pensées contraires aux lois se présentent, le corps plonge
rapidement dans la maladie et la décadence ; en présence de pensées de joie et de beauté il devient habillé
de jeunesse et de beauté.

Maladie et santé, comme les circonstances, ont leurs racines dans la pensée. Des pensées maladives
s’exprimeront par un corps malade. Les pensées de peur sont connues depuis longtemps pour tuer un homme
aussi efficacement qu’une balle de fusil, et elles continuent de tuer des milliers de gens aussi sûrement
bien que moins rapidement. Les gens qui vivent dans la peur d’être malade sont les gens qui le deviennent.
L’anxiété démoralise rapidement tout le corps, et laisse la porte ouverte à la maladie ; pendant que des pensées
impures, même si on ne les a pas réalisées physiquement, vont tôt ou tard toucher le système nerveux.

Des pensées fortes, pures et joyeuses construisent un corps vigoureux et gracieux. Le corps est un instrument
délicat et maléable, qui répond fidèlement aux pensées qu’on imprime en lui, et les habitudes de pensée produiront
sur lui leurs propres effets, bons ou mauvais.

Les hommes continueront à avoir du sang impur et empoisonné aussi longtemps qu’ils propageront des pensées impropres.
D’un coeur pur découle une vie pure et un corps pur. D’un esprit impur découle une vie impure et un corps corrompu.
La pensée est la fontaine de l’action, de la vie et de la manifestation ; rendez la fontaine pure, et tout sera pur.

Un changement de régime n’aidera pas un homme qui ne change pas ses pensées. Lorsqu’un homme rend
ses pensées pures, il cesse de désirer des aliments impurs.

Si vous voulez perfectionner votre corps, préservez votre esprit. Si vous voulez renouveler votre corps, embellissez
votre esprit. Des pensées malicieuses, d’envie, de déception, de découragement privent le corps de sa santé et
de sa grâce. Un visage amer n’arrive pas par chance ; il est bâti par des pensées amères. Des rides qui altèrent
sont dessinées par la folie, la passion, l’orgueil.

Je connais une femme de quatre-vingt seize ans qui a le visage clair et innocent d’une jeune fille. Je connais un homme
largement en dessous de l’âge moyen dont le visage est dessiné de contours inharmonieux. La première est le résultat
d’une disposition douce et ensoleillée ; le second est la conséquence de la passion et du mécontentement.

De même que vous ne pouvez avoir une demeure agréable et saine à moins d’accueillir librement l’air et
les rayons du soleil dans vos pièces, de même un corps fort et un visage clair, heureux ou serein ne peuvent
provenir que de la libre admission dans l’esprit de pensées de joie, de bonne volonté et de sérénité.

Sur les visages des personnes âgées se retrouvent des rides forgées par la sympathie, d’autres par une pensée
forte et pure, d’autres par la passion. Qui ne peut les distinguer ? Pour ceux qui ont vécu dans la droiture,
l’âge est calme, paisible et doux, comme un soleil couchant. J’ai vu récemment un philosophe sur son lit de mort.
Il n’était pas vieux, excepté en années. Il mourut aussi doucement et paisiblement qu’il avait vécu.

Il n’y a pas de meilleur médecin que des pensées joyeuses pour dissiper les maux du corps ; il n’y a pas de meilleur
réconfortant que la bonne volonté pour disperser les ombres du chagrin et de la tristesse. Vivre continuellement
dans des pensées de mauvaise volonté, de cynisme, de suspicion et d’envie revient à être prisonnier dans
une cellule de notre propre fabrication. Mais penser le bien en tout, être joyeux avec tout le monde, apprendre
patiemment à voir le bien en tout – de telles pensées généreuses sont les réels portails vers le paradis ; et demeurer
jour après jour dans des pensées de paix envers chaque créature apportera abondance de paix à leur détenteur.

Article 1 - Emergence d'une Nouvelle Conscience ?

Avez-vous déjà remarqué à quel point l'humeur des gens qui vous entourent est
propondérante et possède un réel impact sur votre propre humeur ? D'où cela
vient-il ? Car après tout, si vous êtes de bonne humeur, c'est que vous avez une
ou plusieurs bonnes raisons de l'être. Alors comment se fait-il que quelqu'un
d'autre qui est de mauvaise humeur pour des raisons absolument différentes
des vôtres peut vous influencer au point de vous sortir de votre état positif ?
Autrement dit, quels mécanismes sont réellement en jeu ?

La science a poussé très loin ses investigations pour comprendre ce qui
se passe, au dedans et en dehors. La psychologie a étudié en profondeur,
par l'observation, l'expérimentation et même les mathématiques,
les comportements humains dans toute leur complexité. Et la biologie
peut décrire avec précision les différents types d'hormones et de substances
chimiques qui se dégagent dans l'organisme lorsque son propriétaire
est joyeux, déprimé ou en colère.

Alors pourquoi, malgré toute cette connaissance accumulée, l'être humain
n'a-t-il pas encore évolué vers des conditions de vie plus harmonieuses,
tant au plan individuel que collectif ? Se pourrait-il que cela soit précisément
en train de se faire ? Et cela coïnciderait-il avec l'importance croissante accordée à la physique
quantique et à sa pénétration dans les domaines du non physique et du métaphysique ?

 
 
 
 
       
   
Copyright 2011 © Luc Griffet, VSF Ambassadors, Tous droits réservés
   
footer